jeudi 24 avril 2008

Nicolas Le Floch à la télé


L
es romans de Jean-François Parot mettant en scène son enquêteur Nicolas Le Floch me comptent parmi leurs lecteurs fidèles.

C'est donc avec curiosité et impatience mêlées que j'attends de voir ce que donnera la transposition de ces romans sur le petit écran.

Quelques éléments d'information ont été publiées sur les tournages qui se sont déroulés à la fin de l'année 2007.

La réalisation a été confiée à Edwin Baily qui a, à son actif, quelques œuvres télévisuelles intéressantes, comme l'adaptation des Petits meurtres en famille d'Agatha Christie. Remarquez, tant que ce n'est pas Josée Dayan derrière la caméra, je pense que l'on est à peu près assuré d'éviter le pire (elle est devenue, à mes yeux, la spécialiste incontestée du massacre des œuvres du patrimoine littéraire populaire français).

L'adaptation des romans pour le petit écran a été menée par Hugues Pagan, policier passé à l'écriture de romans noirs et de scénarios pour la télévision.

La production est assurée par la Compagnie des phares et balises, qui a, dans son catalogue, quelques documentaires vraiment bien faits.

Enfin, le rôle principal, celui de Nicolas Le Floch, échoit à Jérôme Robart, dont je dois dire que sa filmographie ne m'avait pas franchement marqué. J'apprécie la « gueule » que semble avoir Jérôme Robart dans ce rôle, qui l'éloinge un peu de l'image de « beau gosse un peu insipide » que je m'était faite en lisant les romans. Je crois qu'inconsciemment, j'avais mis sur le personnage de Nicolas Le Floch la tête de l'improbable mélange entre Charles Berling dans Ridicule et Stefano Accorsi dans Le jeune Casanova.

Je découvre là un autre Le Floch, et cela me rend impatient de voir ces téléfilms.

* * * * *

14 commentaires:

Andromède a dit…

Que du beau monde, dans ce billet, excepté l'allusion à Josée Dayan =.=° Z'allez attirer le mauvais oeil ! ( "Je te vengerai, maman, je le jure !" )

J'ai le premier Le Floch dans ma pile, acheté il y a quelques temps... par votre faute. Je doute cependant avoir le temps de lire d'ici un bon moment... Alors j'espère que l'adaptation vaudra le coup !

Alexiel a dit…

Je suis une fan de Nicolas le Floch, et par lui de Jean-François Parot.

Je les ai tous lu, et viens de commencer le sang des farines.

J'aime bcp le personnage de Nicolas Le Floch, quoique pas assez torturé à mon goût, et cette dévotion aveugle pour tout ce qui touche au trône, sans discernement, me gêne un peu. Heureusement que Bourdeau est là pour nous insuffler l'air de révolte qui arrive à grands pas.

Espérons que JFP saura mûrir NLF, que celui-ci ne soit pas pris dans les tourments de la révolte par surprise et qu'il comprenne d'où elle vient. Par moments, j'ai vraiment l'impression qu'il est à côté de la plaque. Mais je l'aime tellement. Ainsi que son étincelle rebelle d'innocence et de naïveté qui le rend vraiment touchant.

Je suis super pressée de voir l'adaptation qui en sera faite. J'aurais bien vu Guillaume Canet dans sa peau. Je trouve Jérome Robart un peu vieux. Bon on était obligé de le vieillir un peu plus peut-être pour lui donner un peu de consistance surtout pour l'énigme des blancs manteaux, où il n'a que 20 ans. Pour le reste ça devrait être bon.

Voili voilou...

Monsieur de C a dit…

Les fans de Nicolas Le Floch et de Jean-François Parot sont bienvenu(e)s ici. :-)

(Ces salons sont même ouverts aux fans de Fajardie, comme Andromède, c'est dire l'ouverture d'esprit qui y règne ! ;o) )

Alexiel a dit…

Andromède,

Je ne saurai que vous recommander de vous lancer dans le 1er Le Floch. Vous serez surpris, tout comme moi je l'ai été, alors pleine d'appréhension sur cette série, dite à succès.

Je n'ai que très rarement été satisfaite des adaptations de livres, et c'est pourquoi pour ne rien manquer de tout ce qui fait la richesse de ces romans, je vous conseille de le lire.

Je ne vois pas comment l'adaptation pourra rendre compte des "agapes" auxquels les héros s'adonnent avec un plaisir et une curiosité non dissimulés et communicatifs. Comment rendra-t-elle compte des doutes et questionnements hérités de l'education jésuite de NLF.

J'ai peur que trop d'aspects importants ne passent à la trappe pour mettre en avant le déroulement d'une enquête qui ne peut être résolue que grâce aux circonvolutions mentales de NFL et à la mécanique même du destin des personnages.

Mais je ne peux m'empêcher d'être tiraillée par cette curiosité adolescente de voir l'un de mes héros préférés incarné à la télévision, même si cette vision de prendra jamais le pas sur mon imaginaire.

NLF je t'attends, et Andromède, laissez vous séduire :)

Monsieur de C, je vous souhaite bien le bonjour!

Andromède a dit…

Alexiel ==> Décidément, il a l'air de valoir le coup, celui là ;) Je m'y mettrais probablement cet été, sitôt que j'aurais liquidé mes affaires en souffrance ^o^ ( cela fait six mois que j'attends de pouvoir me mesurer au "Cinq-Mars" de Vigny ! ) Merci de vos conseils ;)

Monsieur de C. ==> Tsss... Nous réglerons nos comptes un jour, soyez-en sûr ;) ( en attendant, j'espère que vous n'êtes pas fait embrocher par un godon O.O vos chroniques nous manquent ! )

Monsieur de C a dit…

Me faire embrocher par un Goddon est une mauvaise habitude que je ne compte pas prendre ! ;-)

Mon navire retouchera bientôt terre, et je pourrai à nouveau reprendre l'écriture dans ces colonnes-ci et dans des colonnes voisines. :-)

Anonyme a dit…

@alex: "J'aurais bien vu Guillaume Canet dans sa peau. Je trouve Jérome Robart un peu vieux. Bon on était obligé de le vieillir un peu plus peut-être pour lui donner un peu de consistance"

Effectivement, on peut se demander pourquoi avoir choisi un acteur quasi inconnu de près de 40 ans ! Peut être qu'il était moins cher que les autres et notamment Canet, bien meilleur à mon goût.
En revanche, pour ce qui est de la consistance, j'ai bien peur que vous ne soyez très déçu: cet acteur n'a pas de charisme, si l'on en croit les quelques videos disponible sur le net...
Enfin je peux me tromper!
>je souhaite en tout cas que cet essai ne nuise pas trop à notre attachement au personnage.

Monsieur de C a dit…

Ce doit être un drôle de pari que de choisir ainsi un acteur pour qu'il incarne physiquement un personnage de roman qui a pris autant de visages et d'allures qu'il y a eu de lecteurs.

Pour ma part, quand j'avais appris que Viggo Mortensen incarnerait le Capitan Alatriste né sous la plume d'Arturo Pérez-Reverte, je me demandais comment celui que je ne connaissais qu'au travers de son rôle dans la trilogie cinématographique du Seigneur des anneaux allait entrer dans la peau de ce spadassin. Et quand j'ai découvert les premières bandes annonces du film, je me suis dit "oui, voilà, c'est bien lui".

J'attends donc de voir ce Nicolas Le Floch télévisuel.

Abraxas-attila a dit…

C'est plutôt Nicolas le Flop' avec ce Jérôme Robart lénifiant.

Monsieur de C a dit…

Ne m'en parlez pas, ne m'en parlez pas... Cet acteur et son jeu ont torpillé, en quelques minutes, la joie que je me faisais, par anticipation, de découvrir cette adaptation.

Abraxas-attila a dit…

Je suis tombé par hasard sur une de ses interviews, et le Monsieur doit avoir du mal à enfiler le costume du personnage-surtout au niveau des chevilles. Le choix de ce Jérôme Robart paraît être une erreur de casting. Ni plus ni moins.
En revanche le scénario et la réalisation sont bons. Peut-être un manque de rythme dans les phases clefs, mais peut-on porter un film jusqu'au climax avec un acteur aussi mou!
Il y a tellement d'acteurs, qui ont une vie personnelle irréprochable, qui ressemblent davantage au profil de l'enquêteur rigoureux et génial de Le Floch. Je pense qu'il ne faut ni avoir une vie dissolue et des moeurs incertains ni toucher à la drogue pour jouer un personnage si droit, représentant l'ordre et le progrès. Grâce à google on se rend compte que ce n'est pas le cas et c'est dommage pour les jeunes spectateurs de France 2... Peu d'acteur cependant aurait pu tenir ce rôle ce qui accrédite la thèse du choix par défaut. Mais cela laisse des regrets.
D'autant que le massacre a attiré près de 5 millions de personnes! J'entends déjà ce Jérôme Robart se vanter d'avoir battu De Niro dans Mafia Blues!
C'est triste, d'autant que notre chère télévision publique a décidé d'en rajouter une couche et l'équipe se prépare à tourner les épisodes suivants.
J'espère que votre affection pour le personnage est intacte.
Bien à vous
AA

Monsieur de C a dit…

Je ne consulte pas les casiers judiciaires des acteurs ou les rubriques "faits divers" pour me faire une idée d'eux par rapport aux rôles qu'ils incarnent. (Bon, à part pour Gérard Depardieu, qui m'horripile à la ville comme à la scène.)

Un acteur peu convaincant dans un rôle donné peut être meilleur dans un autre rôle, mais je ne pense pas que la vie privée d'un acteur soit un souci. A moins, bien sûr, d'en arriver à ce que l'acteur, sous l'influence de substances légales ou illégales n'en arrive à perdre ses moyens, à faire du tournage un enfer, etc.

En l'occurrence, je n'avais vu Jérôme Robart que dans Malraux, tu m'étonnes de Michele Rosier (2001), où je l'avais trouvé plutôt bon.

Le souci avec Robart dans le rôle de Le Floch, c'est qu'il ne correspond pas à l'image que je m'étais faite de ce personnage. Alors que, pour prendre une autre exemple cinématographique, Viggo Mortensen incarne à l'écran un Capitan Alatriste tout à fait dans le style que j'imaginais pour ce personnage à la lecture des romans.

Anonyme a dit…

Bonjour à tous et merci à Monsieur de C. pour cet espace de parole, je suis nouvelle sur ce forum ( très bien fait d'ailleurs:)) et contrairement à vous tous , j'ai d'abord vu les films( les 4) avant de dévorer tous les romans de JFP. Ce fut une réelle découverte littéraire! Et cinématographique.! D'ailleurs , ce fut l'occasion pour moi de découvrir l'acteur Jérôme Robart en même temps qu'NLF et j'ai parcouru tous les romans avec son image... Pour ma part, j'ai été tellement charmé par son interprétation que j'ai cherché à me documenter sur sa filmographie et que je viens de finir la saison 2 de "reporters" que j'ai dévoré d'une traite. La différence d'interprétation entre son personnage de "Thomas Schneidr" et celui de "Le Floch" me parle d'un grand acteur! On ne le re-co-nnait pas ! mais qu'en est-il réellement de lui ? J'ai cherché aussi des informations sur la vie de Jérôme Robart et sur sa vraie personnalité et suis repartie bredouille. Abraxas-Attila (le nom est effrayant , jérôme Robart repoussera t'il après son commentaire. LOL ) en plus de ne pas l'aimer, a l'air d'en savoir plus que moi!!! Il parle d'interview où JR a les chevilles qui enflent , de sa vie dissolue, de ses moeurs incertaines , de drogues??? où puis-je trouver ces sources? Est-ce de la jalousie ou une réalité ? Je penche plutôt pour la jalousie, bien sûr. D'ailleurs, cher monsieur de C... Je vous trouve vous-même bien dur avec Jérôme Robart ( si je peux me permettre. LOL). " Manque de charisme" pour vous ," mollesse" qui détruit l'adaptation filmique pour "Abraxas-Attila", Ah, les goûts et les couleurs....Au moins, cher monsieur de C... , On se rejoint sur l'acteur dans "malraux, tu m'étonnes" que je viens de commander sur internet. je ne sais si vous êtes tous encore vivants vu que cela fait un an maintenant que vous vous êtes exprimés et qu'aucun commentaire n'a été fait sur les derniers que j'ai préféré aux précédents. Qu'en pensez-vous ? révérences à tous :)

Monsieur de C a dit…

Bienvenue dans ses salons, chère nouvelle arrivée.

Pour ma part, je suis encore bien vivant, et si je n'ai pas posté de commentaire relatif à ce message-ci depuis plus d'un an, je n'en ai pas pour autant délaissé ce blog (même si je suis passé par une période de silence ces derniers mois).

N'étant pas responsable des propos d'Abraxas-Attila, je ne peux pas assurer le "service après vente" de ce qu'il a avancé sur le sujet.
Comme je l'avais toutefois signalé dans ma réponse à son commentaire, je ne suis pas vraiment friand des informations sur la vie privée des acteurs, et le colportage de ragots n'est pas mon activité première.

Mais j'assure pleinement le service après vente de mes propres billets et commentaires !
Et j'assume le ton particulièrement subjectif de mes humeurs : quand j'aime, je le dis sur un ton souvent passionnée, et quand je n'aime pas, je le dis aussi avec passion. Et s'il y a bien un ressenti subjectif, c'est celui avec lequel on reçoit le charisme (ou l'absence de charisme) de quelqu'un. En l'occurrence, le sieur Robart ne m'avait pas du tout convaincu en première instance.
Mais l'audience en appel (quand j'ai revu les épisodes en DVD) m'a fait changer d'avis. Et je l'ai clairement exprimé dans un autre billet. Vous m'y trouverez peut-être moins dur que dans ce premier billet sur le sujet. ;-)