dimanche 6 avril 2008

Intrigué et tenté


U
ne flânerie sur le net m'a amené sur le site de l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts.

Et sur la page consacrée aux catalogues des publications, j'ai relevé Les salons des mémoires secrets 1767-1787, édition établie et préfacée par Bernadette Fort (1999, ISBN 2-84056-066-6)
Le texte présentant l'ouvrage a attiré ma curiosité :

Cet ouvrage reproduit en un volume le texte intégral des onze Salons dispersés jusqu’ici dans les trente-six volumes des "Mémoires secrets" pour servir à l’histoire de la République des Lettres, souvent dits “Mémoires de Bachaumont”. Ces textes, qui recensent les expositions bisannuelles de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture de 1767 à 1787, comptent parmi les textes les plus importants de la critique d’art sous l’Ancien Régime. Qu’ils traitent de peinture d’histoire, de portraits, de paysages ou de scènes de genre, des statues commandées par le roi ou de gravures intimes, les Salons constituent un remarquable corpus critique sur l’évolution de l’art et du goût esthétique français de la génération de Boucher à celle de David. Par leur regard acéré, leur style incisif, la qualité de leur jugement esthétique, ces Salons rivalisent avec ceux de Diderot. L’origine semi-clandestine de la publication où ils s’insèrent assure à ces textes, qui restent anonymes (et auxquels Bachaumont n’a d’autre part que légendaire), l’immunité vis-à-vis de la censure, et donc la liberté d’expression, choses inconnues de la critique d’art contemporaine. Mal connus ou négligés jusqu’ici, les "Salons des Mémoires secrets" s’avèrent une source indispensable pour les historiens, les conservateurs, ou les collectionneurs.


Je ne suis ni historien, ni conservateur, ni collectionneur. Mais un amateur et un curieux. Je me demande donc si cet ouvrage est accessible à une personne qui n'est pas plongée dans le monde de l'art ou de l'histoire de l'art au quotidien.

Tout avis est donc le bienvenu.

* * * * *

3 commentaires:

Andromède a dit…

Puisque ces Salons sont des critiques détaillées d'oeuvres d'art... elles ne doivent pas être si hermétiques que ça, puisqu'elles sont justement destinées à présenter/expliquer/faire valoir les oeuvres, non ? Si vous avez jamais eu l'occasion de feuilleter les Salons de Diderot, vous devez bien avoir remarqué qu'ils n'avaient pas spécialement l'air d'être écrits en chinois, même pour les néophytes ;)

Monsieur de C a dit…

Justement, je n'ai jamais eu l'occasion de feuilleter les Salons de Diderot. Mais je compte bien me soigner de ce mal. ;-)

Andromède a dit…

Ah oui, dans ce cas, dépêchez-vous ! J'imagine que ce doit être une question de point de vue, mais... Pour moi, ils m'ont fait mourir de rire ;) Diderot est un maître, et ce dans beaucoup de domaines.