vendredi 17 août 2007

Fanfan était bien en Béarn... et moi aussi

J'avais signalé, voici quelques semaines, mon intention de me rendre à Laas, en Béarn, pour assister aux animations qui s'y déroulaient, sous l'égide de Fanfan la Tulipe. Et mon intention de vous faire partager ici mon ressenti après y être allé.

M'étant rendu à Laas dimanche dernier, tenant ainsi la première moitié de cette double promesse, je prends maintenant la plume pour en tenir la deuxième moitié.

Premier élément favorable à cette journée fanfanienne, il faisait un temps très agréable. Certes, quelques nuages tentaient de voiler le ciel, mais le soleil se défendait bien.

















Deuxième raison d'être content, le site est bien beau, avec, à l'entrée, un parc laissant de beaux espaces et des arbres majestueux offrant de l'ombre pour le pique-nique du midi. Plus loin, des jardins à la française élégants sans être chargés. Et un jardin-terrasse permettant une vue plongeante sur une boucle du gave d'Oloron.

Le « château » lui-même est une belle gentilhommière fin XVIIe siècle, bâtie là où se sont tenus plusieurs châteaux victimes des guerres successives qui ont frappé le Béarn, et notamment les guerres dites « de religion », des temps où il ne faisait pas bon être catholique en terre protestante. La visite guidée, menée à un pas rapide, nous a un peu laissés sur notre faim, car elle ne permettait pas de goûter aux détails. Nous envisageons donc d'y retourner à une période plus tranquille - cet automne, par exemple – pour mieux la savourer.
A noter, dans l'entrée du château, un tableau qui m'a tout de suite sauté aux yeux. J'ai d'abord cru que c'était une simple copie, mais les guides m'ont détrompé : il ne s'agit point d'une copie, mais du tableau préparatoire à la superbe Halte de chasse de Carl van Loo.

[Ce tableau est visible en plus grand format sur le site de l'Agence photographique de la Réunion des musées nationaux : suivez ce lien.]

Heureuse surprise que de se trouver nez à nez avec un tel travail !


Mais ma principale motivation pour venir à Laas était de découvrir ces animations autour de Fanfan la Tulipe. Force est de constater que, si Fanfan était bien là, cela dépassait largement ce seul personnage. Les animations étaient en effet assurées par une association, Les Sentiers de l'histoire, qui vise, entre autres, à faire revivre des aspects de notre histoire au XVIIIe siècle. La perspective retenue pour cela est celle du régiment du Béarn (de quel autre pouvait-il s'agir ?!), dont il se trouve qu'il a été envoyé de l'autre côté de l'Atlantique au moment de la guerre de Sept ans, dans ce que l'on appelle parfois la guerre franco-anglo-indienne.

A ces hommes du régiment de Béarn s'ajoutent leurs adversaires du 60th Foot en habits rouges, et des alliés ou adversaires indiens, Abenakis et Iroquois. L'association voulant dépasser la seule représentation d'aspects militaires, la porte est grand ouverte à la reconstitution de personnages civils.





Que dire sinon que j'ai été séduit non seulement par le travail représenté (les costumes, les attitudes, les simulations d'embuscades, etc.) mais aussi, voire surtout, par l'évident plaisir que les membres de l'association prenaient à leurs propres activités et à la transmission de ce plaisir aux visiteurs, aux spectateurs ?

Séduit au point de vouloir rejoindre l'association Les Sentiers de l'histoire ?

Vous croyez ? ;-)

Je vous en dirai peut-être plus dans quelques semaines. Mais il se murmurait, sur une rive du gave d'Oloron, à défaut d'une rive du Saint-Laurent, que le régiment du Béarn compterait peut-être une nouvelle recrue. Un Basque dans les rangs du Béarn, le clin d'oeil ne manquerait pas de saveur.


* * * * * *

J'ai sollicité l'autorisation des membres de l'association Sentiers de l'histoire pour illustrer cet article de quelques photos supplémentaires que j'ai prises ce jour-là, mais sur lesquelles les personnes sont très reconnaissables. Ne voulant pas empiéter sur le droit à l'image de ces personnes, je ne les publierai pas sans leur autorisation.

4 commentaires:

Louis-Armand. a dit…

Plaisir délectable que le partage! Qui plus est, un partage d'Histoire!

Anonyme a dit…

Bien le bonjour mon bon monsieur qui êtes venu nous voir durant cet été! en faisant mes recherches sur les tpe, j'ai la bonne surprise de voir qu'on parle de nous sur votre site. En effet, si vous avez pu voir un soldat légèrement effeminé ces jours ci, il s'agissait de moi...
j'espère que vous rentrerez dans notre association ;)
cordialement
la tendresse

Monsieur de C a dit…

J'avais parlé de la troupe dès mon retour du Béarn en mes terres basques.

Il est fort probable que j'intègre l'association, notamment pour y apporter mes quelques savoir-faire, par exemple pour la vulgarisation vers le grand public (expositions, livrets, etc.).

Mais, non, je n'ai pas croisé de soldat efféminé. Ou alors, je n'y ai pas prêté attention, ayant une préférence pour les dames. ;-)

Anonyme a dit…

Il est possible que ce jour là j'étais habillée en femme, j'aime bien ces deux roles, mais le maniement des armes a tout de même plus de charme à mes yeux (puis l'uniforme du béarn est très beau). Si vous voulez me joindre, voici mon adresse : sophiecrampe@hotmail.fr
A bientôt, je l'espère ;-)
Cordialement
La Tendresse.