lundi 3 mars 2008

Un Africain à la cour de Bartabas


Le chevalier de Saint-George est une figure emblématique du Siècle des Lumières, notamment parce qu'il représente le produit d'un grand écart social, fils d'un gentilhomme et d'une esclave, et parce qu'il a été une des plus fines lames de son temps et un compositeur de musique talentueux (mais peut-être pas aussi talentueux que Mozart, comme on le lit parfois).


Tout comme il a invité à sa cour l'aventurier René Madec, Bartabas a pris ce personnage à bras le corps, avec son Académie du spectacle équestre de Versailles. Ce spectacle, inspiré par le livre de Claude Ribbe, mêle chorégraphies équestres et fantaisies pyrotechniques sur des musiques du chevalier de Saint-George, dans le splendide cadre de Versailles et notamment son bassin de Neptune, ici encore remarquablement mis en valeur.

Comme pour le spectacle sur René Madec, le rendu de cet hommage à Saint-George perd de la profondeur en se retrouvant gravé sur la galette d'un DVD. Au point que montures et cavaliers emblent parfois empesés. Echo sincère d'une réalité où les artistes à deux et quatre jambes ont été des artisans appliqués plutôt que des artistes, ou artéfact du passage en deux dimensions qui enlève ladite profondeur ?


Il faut toutefois être honnête et reconnaître que la caméra nous permet de nous approcher de ces centaures en habit comme le seul oeil ne nous le permet pas quand nous sommes assis dans les tribunes pour le spectacle. Gagne-t-on autant ainsi que ce que l'on perd ? Je ne saurais trancher de manière définitive.


Photo Jean-Paul Lozouet, avec son aimable autorisation expresse


Toujours est-il que ce DVD nous offre un très beau spectacle, en séance de rattrapage pour ceux qui ne l'auraient pas vu en direct.
Quant au reportage offert en bonus (Bartabas à la rencontre de Saint-George, réalisé par Arnaud Emery), il nous permet de comprendre la construction de ce spectacle, depuis les premières idées jusqu'à sa concrétisation. Une vue par les coulisses comme seuls des privilégiés pourraient en avoir « en direct ».

Comptez-vous hésiter encore longtemps ?


* * * * * *

D'autres photographie de ce spectacle par Jean-Paul Lozouet sont visibles sur ce site-là .


* * * * * *

2 commentaires:

Andromède a dit…

Môdieu... Versailles, cheveux, musiques, lumières, machins qui brillent... Ah, pour cette fois, je crois que je ne vais pas me laisser tenter par un de vos billets. Spectacle pour spectacle, autant en profiter en live XD
Mais rassurez-vous, vous ne faiblissez absolument pas, cher tentateur. je viens de compter : sur les 53 bouquins qui attendent en équilibre précaire à côté de mon lit que je me décide à les lire, 8 ont été achetés après lecture de l'un de vos billets. Soyez fier, au moins, si vous ne vous repentez pas :p

Monsieur de C a dit…

Malheureusement, je crains que ce spectacle ne soit plus donné. D'où la session de rattrapage en DVD.


Quant au repentir, ce n'est certainement pas ce que je ressens après avoir partagé mes coups de coeur. Comme je succombe moi-même à des tentations, j'essaie d'entraîner du monde avec moi dans cette chute. ;-)

Non, s'il devait m'arriver de regretter quelque chose, ce serait d'avoir recommandé quelque chose (bon ou mauvais) sur lequel je percevrais une commission. Or, ma philosophie est de faire vivre cet espace sans la moindre publicité. A part la publicité que je fais, moi, pour des artistes, des passionnés, des curieux et, je le reconnais, pour quelques libraires "indépendants". :-)