jeudi 25 octobre 2007

Liaisons électroniques

Dubitatif, voilà comment je me trouve après avoir découvert ce site qui propose de « [recevoir] par mail les lettres des Liaisons dangereuses au rythme où elles ont été écrites, [suivre] le roman en temps réel ».


Je ne vis pas hors de mon temps et je conçois fort bien l’usage du courrier électronique comme outil de communication. Mais j’ai du mal à percevoir l’intérêt de ce qui est proposé par ce site. Non pas que le roman épistolaire de Choderlos de Laclos ne me plaise pas, mais j’incline à penser que le fait de recevoir ces lettres par courrier électronique leur ferait perdre leur saveur. Autant ses adaptations cinématographiques m’ont conquis, autant le format du courrier électronique me laisse de marbre, a priori.
Je n’aurais peut-être pas dit « non » à des fac-similés de lettres manuscrites, mais je crains la froideur d’un texte « au kilomètre », impersonnel et sans mise en forme.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

3 commentaires:

andromède a dit…

Je vous rejoins sur la perplexité. Le mail, c'est bien, c'est beau, c'est cool, ça va vite et ça permet des échanges étonnants autant que géniaux. Mais recevoir un e-mail du vicomte de Valmont racontant sa fausse partie de chasse solitaire ayant pour objet les beaux yeux d'une dévote et ses jeux stylistiques avec la marquise de Merteuil... Ouais ! Non, décidément, je suis peut-être baroque dans l'âme, mais j'avoue que cette transposition me paraît un peu beaucoup de mauvais goût.
Non, décidément, les Liaisons électroniques, bof :/

Monsieur de C a dit…

Pour tenter d'attirer un nouveau public vers cette littérature, il faudrait peut-être franchir un pas et envoyer ces lettres sur des téléphones portables, en langage SMS. :o)

Thomas B. a dit…

Je les avais reçues à un tel rythme, mais dans mon blog privé (Livejournal). Entre les message de mes amis californiens s'inséraient les lettres, c'était amusant.

Dans le genre, un biographe de Sade proposait de recevoir ses lettres de prisons traduites en anglais dans sa boite mail.