lundi 13 octobre 2008

Encore Casanova, déjà les Anglais


A
lors que mon précédent billet traitait d'une récente biographie de Casanova écrite par un Anglais, ce billet-ci fait un petit bond en arrière dans le temps, mais encore outre-Manche, lui aussi, et encore sur Casanova.

J'ai récemment reçu le DVD de la mini-série télévisée Casanova (2005), réalisée pour le compte de la BBC par Sheree Folkson, sur un scénario écrit par Russell T. Davies (qui a prêté sa plume à diverses séries comme Torchwood ou Doctor Who).

Cette série comprend 3 épisodes de 45 minutes chacun, et le rôle de Casanova y est tenu par David Tennant, qui a été acteur dans la série Doctor Who citée ci-dessus. Pourquoi fais-je ainsi doublement référence à cette série Doctor Who ? Tout simplement parce qu'elle est aux antipodes de ce vers quoi mes goûts me poussent. Vous comprendrez donc, je l'espère, que si je dis du bien de cette série Casanova, ce ne sera pas par copinage avec l'équipe du Doctor Who.

Car du bien, je vais en dire de ce Casanova-là. J'en ai apprécié l'écriture fine et grinçante, parfois irrévérencieuse, le ton qui passe de la comédie au drame, le jeu des acteurs de premier et second plan (mention spéciale à Peter O'Toole en « vieux » Casanova, bibliothécaire irascible et pourtant attachant).
Un petit bémol sur la musique, parfois un brin intrusive.

Mais, dans l'ensemble, un divertissement de grande qualité. Chaudement recommandé à tous les casanovaphiles et, plus largement, à tous les amateurs de fiction de qualité.

* * * * *

Je ne vais pas trop m'étendre, une nouvelle fois, sur ce point-là, mais ce Casanova est l'exemple même de fiction de qualité que j'aimerais beaucoup voir produite par des télévisions françaises. Je ne pense pas que nous soyons, en France, condamnés par quelque malédiction insurmontable, à ne produire que des soupes sans saveur. Mais, quand je vois ce que nos télés nous offrent, je me demande de quoi elles souffrent, si ce n'est pas d'une malédiction. L'incapacité à l'audace, peut-être ?

* * * * *

2 commentaires:

Andromède a dit…

Ah, bien d'accord avec vous pour le monde des séries françaises... Mais bon, tant que les autres ne s'y mettent pas aussi :p ( excellente suggestion, au passage ^__^)

Thomas B. a dit…

Tout à fait d'accord: la BBC n'a pas dépensé plus sur Casanova que sur Nicolas Le Floch par exemple, mais l'écriture est à des kilomètres de ce qui se fait en France. J'ai l'impression qu'en Angleterre on laisse un peu plus les auteurs être eux-même, faire passer leurs idées et donc imprimer une vraie créativité, un vrai ton aux séries. Un ami a travaillé pour une fiction policière pour France Télévisions, et il semblerait que toute vélléité d'originalité de la part d'un scénariste français soit détruite par les producteurs sur l'autel de la ménagère de moins de 50 ans et la peur de l'être "segmentant".