vendredi 3 octobre 2008

Enclos de liberté


S
'il est un endroit du Paris du XVIIIe siècle qui retient mon attention, c'est bien l'enclos du Temple. Loin d'évoquer en moi la prison où sera retenue la famille de Louis XVI ou les députés « perdants » après Fructidor, c'est son image de ville dans la ville qui m'intrigue. Une ville avec ses hôtels particuliers et ses maisons d'habitation, ses boutiques d'artisans, son théâtre, son église, son couvent et son cloître, ses hôtes prestigieux, hôte-receveur en la personne du prince de Conti, grand prieur de l'Ordre du Temple, hôtes-reçus formant une société de gens de lettres, d'arts et de sciences, de Nattier à l'abbé Blavet, de Rousseau à Monthenaut d’Egli.
Il existe diverses représentations planes de cet enclos du Temple, comme dans le plan dit "de Turgot".




Mais j'ai été particulièrement séduit par le plan-relief découvert sur ce site-là, et faisant partie des collections du Musée Carnavalet de Paris.



Difficile d'imaginer, en se baladant dans l'actuel « square du Temple » (photo hébergée sur le site de la mairie de Paris), ce quartier bâti, tel qu'il était du temps de Conti. Ville dans la ville, État dans l'État, avec ses privilèges spéciaux, ses propres justice et police.

Quelque cinéaste ambitieux pourrait-il recréer cela dans un film dix-huitièmiste ? J'en serais grand client.

* * * * *

2 commentaires:

Andromède a dit…

Qui sait, Josée Dayan aura peut-être un coup de génie ? *je suis déjà dehors*

Monsieur de C a dit…

Vous avez raison de fuir ! ;-)