vendredi 20 juin 2008

Un chevalier conspirateur


D
eux ans avant ses Trois Mousquetaires qui assureront sa célébrité jusqu'à nos temps et très probablement bien au-delà, Alexandre Dumas publie Le chevalier d'Harmental.

Ce n'est pas, loin de là, son premier texte de théâtre ou de roman : Dumas père a déjà plus de quinze ans de carrière de plume derrière lui. Mais, si sa pièce Henri III et sa cour a été son premier succès au théâtre dès 1829, il lui faut attendre 1842 et la parution du Chevalier d'Harmental pour trouver le succès avec un roman.

Ce Chevalier d'Harmental pose les bases de ce que sera la future production d'Alexandre Dumas en romans historiques : une aventure où des personnages de fiction se mêlent à la Grande Histoire, la naïveté du provincial arrivant à la capitale en quête de fortune mais n'y trouvant qu'intrigues, conspirateurs à l'âme noire et jeune fille belle et innocente, et, sur le plan de la création, sa collaboration avec Auguste Maquet.

Pour l'anecdote, la conspiration à laquelle se chevalier se retrouve mêlé par la faute de son cœur est celle dite « de Cellamare », visant à déposséder Philippe d'Orléans de son pouvoir de régent, pour placer sur le trône le fils de Louis XIV et de Mme de Maintenon, mari de la duchesse du Maine, cerveau du complot en cheville avec l'Espagne. Cette conspiration apparaît également dans le succulent film Que la fête commence.

Si vous le ne connaissez pas encore, invitez ce Chevalier d'Harmental dans vos salons, il est de fort bonne compagnie.

* * * * *

Pour aller plus loin :
Vous trouverez
une présentation détaillée de ce roman sur l'excellent site consacré à Dumas et à son oeuvre. Attention, cette fiche comprend un résumé du livre. Ne le lisez pas si vous n'avez pas encore lu le roman, sous peine d'en prendre tout le sel.


* * * * *


2 commentaires:

Andromède a dit…

Tiens, encore un bouquin qui attend quelque part dans mon énorme pile de livres à lire... Oserai-je avouer que je l'ai d'abord acheté à cause du prénon du personnage principal, qui est le même que celui de mon amour de toujours ? ^^;;; ( d'ailleurs j'espère au moins qu'il finit de façon moins stupide que l'amour en question, parce que sinon je vais penser que Dumas avait un problème avec les Raoul =__= )

Monsieur de C a dit…

Ah, je ne voudrais pas vous dévoiler la fin du roman, chère Andromède. A vous de la découvrir.