jeudi 19 juin 2008

Des nouvelles de la Bête ?



I
l y a bien longtemps que les traces de la Bête du Gévaudan se sont effacées des sentiers et des terres où elles s'étaient marquées, de Langogne à Aumont, de Ruynes à Pinols et à Saugues. Mais elles sont restées bien présentes dans l'esprit des gens, et ce largement au-delà des frontières de ces contrées-là.

Je ne prétendrai pas faire la lumière sur cette Bête dans ces colonnes, et je me contenterai, tel un échotier, de colporter ce qu'il se dit et se fait sur la Bête, ici ou là.

Je ne suis ni meneur de loups ni dragon du Roi, mais un modeste échotier. Je rapporterai ce que l'on en dit et en dirai ce que j'en pense, à mon habitude. Et si vous voulez hurler, hurlez, je ne tirerai point.


* * * * *

L'illustration provient de cette page-là.

* * * * *


4 commentaires:

Elisabeth a dit…

Effectivement, le site internet est franchement tristounet! Dommage!

Cette histoire de la bête m'a toujours attirée, puis beaucoup questionnée. Je crois qu'on ne saura jamais toute l'affaire, qui devait être grandement entremêlée de ragots, déformations,et autres psychoses collectives...

Andromède a dit…

Oh, un revenant ^o^
Et avec une adorable bebête, en plus ! C'est une des anecdotes les plus intéressantes de la "petite Histoire" de France, et y consacrer quelques lignes est une très bonne idée !

Dans l'attente de vous lire à ce sujet ;)

Monsieur de C a dit…

@ Elisabeth : je me souviens avoir été très impressionné, petit, la première fois que j'avais lu un texte sur "la Bête" (je crois que c'était dans la revue Okapi, un temps que ceux qui n'ont pas connu Giscard président de la République ne peuvent pas connaître ;-) ).

Je trouve sympathique le mystère qui l'entoure et les passions que cette histoire continue à engendrer 250 ans plus tard. Au-delà des questions historiques ou zoologiques directement liées à cette affaire, je me dis qu'il y aurait sûrement un intéressant travail de sciences humaines (sociologie, psychanalyse, psychologie, etc.) à mener sur tout ce que cette affaire a engendré comme folklore, fictions et études.

Monsieur de C a dit…

@ Andromède : le revenant vous salue bien bas. :-)

La Bête n'a pas la distinction de mon Giacomo préféré, mais, à sa manière, elle a engendré ne mythologie qui n'a rien à envier à celle du Vénitien. Fantasmes de mort et fantasmes d'amour, Thanatos et Eros, ces colonnes prennent un drôle d'envol. ;-)